Le PLU d’Orgeval

Le Plan d’occupation des sols 2011 – Orgeval

Le nouveau plan d’occupation des sols (PLU) est entré en application le 4 mai 2011. Le Pos a été annulé en janvier 2004. L’annulation du Pos avait remis en vigueur le Pos immédiatement antérieur : celui de 1999.

Les documents (Pdf) :

Zonage PLU

Le règlement du PLU

Les orientations du PLU

Notre avis sur le projet définitif de Plu à Orgeval


La Mairie a du faire face à des services de l’Etat sourds aux souhaits des Orgevalais de préserver leur cadre de vie essentiellement pavillonnaire.

Elle a plutôt défendu notre village, par rapport aux demandes initiales exorbitantes de logements sociaux et d’urbanisation qui auraient pu défigurer notre village. 130 logements sociaux à construire en 10 ans, soit 1 sur 3 des nouveaux logements à venir, et 7.000 habitants à l’horizon 2020, c’est supportable à la fois au regard de notre environnement et de nos équipements. Et bien moins que ce qu’exigeait au départ la Préfecture.

Par ailleurs, chaque propriétaire d’une construction ou d’un terrain et chaque riverain d’une zone ouverte à l’urbanisation a des demandes privées à faire valoir et la Mairie doit savoir faire preuve à la fois d’écoute et de sens de l’intérêt général. D’après ce qui nous été dit ces derniers mois, cela a été plutôt été le cas dans la plupart des zones.

Mais il y a un hic et un gros ! l’urbanisation du centre-ville, « Feucherolles-Colombet Nord» qui pourrait intervenir d’ici à 2-3 ans.
Le choix de ce terrain déjà constructible et très bien placé, donc très cher, pour y construire un équipement à l’intérêt discutable et des logements sociaux sous le contrôle de la Mairie a provoqué de nombreuses réactions.

Force est de constater la colère des riverains qui se sentent lésés et l’inquiétude de nombreux Orgevalais.

Les points du projet Feucherolles- Colombet qui posent question :
– Justification du projet par l’intérêt du parking public : nous le disions depuis le début, et le Maire lui-même l’a reconnu lors de la réunion publique du 10 mars, il est quasi certain que les futurs résidents (250 ?) se gareront sur celui-ci et aux environs – et non dans leur parking souterrain. Les problèmes de stationnement du centre village ont donc toutes les chances de passer de “gênants” à “critiques”, contrairement à ce qui a été présenté.
– Abondement de la Mairie pour augmenter son quota de logements sociaux au lieu de s’en servir pour dédensifier le projet comme le demandent les Orgevalais.
– Risque de saturation du centre-ville. Il est vain d’opposer à cet argument des statistiques d’utilisation de voitures ou autres qui ne correspondent ni de près ni de loin aux réalités orgevalaises : voiture indispensable pour aller du centre aux écoles, à la Croisée, à la zone commerciale, … y compris et surtout le weekend.
– Coût élevé du foncier qui dégrade le rapport entre logements sociaux et non sociaux, ce qui induit un nombre total de logements important, une densité excessive et paradoxalement « peu » de logements sociaux.
– Protection des riverains : les bandes vertes et autres mesures qui sont censées les protéger sont contenues dans les orientations d’aménagement et non les règlements d’urbanisme. Cette subtilité les rend fragiles : les aménagements devront être simplement “conformes”. Déjà, la fameuse bande verte de 20m autour du Ru a fâcheusement rétréci à 18m lors de la dernière réunion publique … Quant au propriétaire de la maison carrément incluse dans le projet avec menace d’expropriation, on espère que ses intérêts seront préservés.
– Colombet Sud : ce projet qui est simplement remis à plus tard (10 ans ?), est largement discutable au regard de l’environnement et des liaisons douces entre le centre du village et les bois. Comment doit-on interpréter l’entêtement de la Mairie alors qu’il était aussi proposé de garder ce terrain en zone naturelle ? Il devrait pourtant être possible de combiner intérêt général et souci patrimonial légitime du propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

12 + 2 =